23 sept. 2021

Guide des normes à respecter dans la conception des bateaux de plaisance


Guide des normes à respecter dans la conception des bateaux de plaisance

Dans la course européenne à la conception de bateaux de plaisance, la France tient la première place, et se classe deuxième au niveau mondial. Pour garder le cap, les fabricants doivent fournir des bateaux de plaisance assurant sécurité et protection aux plaisanciers. A cet effet, il existe des normes de conception que les entreprises de construction doivent respecter. Harmonisées au niveau européen voire mondial, elles garantissent une conception sécurisée des bateaux de plaisance. Découvrez-les dans notre guide !

Les normes CE dans la conception des bateaux de plaisance

Depuis 1998, tous les bateaux de plaisance mis sur le marché européen doivent porter le marquage CE (certification européenne) qui garantit leur conformité aux règles de sécurité. Cette obligation concerne les bateaux de plaisance dont la longueur de la coque est inférieure ou égale à 24 mètres.

Quels documents spécifiques pour les bateaux de plaisance marqués CE ?

Pour prouver leur régularité, tous les bateaux de plaisances marqués CE ont à leur bord :

Le classement des bateaux de plaisance marqués CE

Ce classement obligatoire permet de garantir la conformité des bateaux marqués CE aux exigences de sécurité, tout en protégeant les fabricants en cas d'utilisation interdite. En effet, il existe quatre catégories de conception qui indiquent l’aptitude des navires à affronter certaines conditions de navigations. Ces conditions sont déterminées par une force de vent et une hauteur de vagues précises.

Bateaux de plaisance de catégorie de conception A

Bateaux de plaisance de catégorie de conception B

Bateaux de plaisance de catégorie de conception C

Bateaux de catégorie de conception D

Pour être dans les règles, les fabricants doivent donc s’attacher à concevoir des bateaux de plaisance capables de résister aux conditions la catégorie à laquelle ils appartiennent. Mais la règlementation en matière de conception de bateaux de plaisance ne s’arrête pas aux normes CE,
il existe aussi des normes ISO qui permettent une conception standardisée et sécurisée des navires.


Conception des bateaux de plaisance : les normes ISO à respecter


Lorsqu’il s’agit de conception de bateaux de plaisance, les normes ISO sont nombreuses. Pas moins de 200 normes, réexaminées tous les cinq ans, encadrent la conception, la construction, l’installation et les essais des dispositifs et systèmes présents sur les « petits navires ». Soit tout navire dont la longueur de la coque est inférieure ou égale 24 mètres.

Focus sur les principales normes ISO que les constructeurs de bateaux de plaisance doivent respecter.

ISO 10087 : Pour une identification claire des bateaux de plaisance

Par un système de codage, cette première norme permet l'identification des bateaux de plaisance, notamment à travers les plaques constructeurs et les plaques CE. Pour respecter la norme, ces plaques doivent contenir les informations suivantes :

ISO 8846 : Équipements électriques et protection contre l'inflammation des gaz

Comme son nom l’indique, elle s’intéresse aux bateaux de plaisance amenés à être utilisés en atmosphère explosive. La conception des équipements électriques de ces navires doit en effet suivre des caractéristiques précises permettant d’éviter l’explosion des gaz inflammables environnants. La norme ISO 8846 encadre également les méthodes d'essai de ces équipements.

ISO 11105 : Ventilation des compartiments moteur à essence et/ou réservoir à essence

Cette norme concerne les bateaux de plaisance équipés de moteurs à essence, destinés à assurer la propulsion, la production d'électricité ou la puissance mécanique. Dans le but d'éviter l’accumulation de gaz explosifs, la norme ISO 11105 fixe les exigences de ventilation des compartiments moteur et réservoir à essence.


CTA français


ISO 8848 : Appareils à gouverner commandés à distance

La norme ISO 8848 définit les règles de conception des systèmes de direction mécaniques commandés à distance par câbles sur les bateaux de plaisance. Mais aussi aux moteurs hors-bord et moteurs à embase de propulsion arrière, aux hydrojets et aux points d'interface entre le vérin de commande et les gouvernails.
On distingue trois classes de systèmes de direction pour une utilisation sur différents types de bateaux de plaisance :

ISO 8665 : Mesure et déclaration de la puissance des moteurs marins de propulsion alternatifs à combustion interne

Cette norme spécifie les caractéristiques de puissance des moteurs alternatifs à combustion interne, en vue de les faire figurer dans une documentation, mais aussi de vérifier la puissance déclarée publiée par le fabricant.

ISO 8469 : Tuyaux souples pour carburant non résistants au feu

Applicable aux bateaux de plaisance dont le système à carburant est installé à demeure, cette norme spécifie les exigences pour le transport de carburant via des tuyaux souples non résistants au feu.
La pression de service de ces tuyaux ne doit pas excéder :

ISO 8849 : Pompes de cale à moteur électrique des bateaux de plaisance

La norme ISO 8849 détermine les exigences de conception des pompes de cale à moteur électrique prévues pour pomper l'eau de cale. Elle s'applique aux :

ISO 25197 : Systèmes électriques et électroniques des bateaux de plaisance

Elle détermine les exigences de conception des systèmes électriques et électroniques pour le contrôle de la direction des bateaux de plaisance. Elle établit également les règles en matière d’inverseur, de gaz et de positionnement dynamique (ou de leur combinaison) sur les navires de plaisance.

ISO 14509-1 : Bruit aérien émis par les bateaux de plaisance motorisés

Cette dernière norme spécifie trois éléments en matière de bruits aériens émis par les bateaux de plaisance motorisés.

La certification DNV GL : un gage qualité en matière de conception de bateaux de plaisance

Délivrée par la fondation norvégienne indépendante Det Norske Veritas, la certification DNV GL évalue et réglemente la classification des navires depuis 1864.
Ce label de confiance et de fiabilité, certifie que les navires et leurs composants ont été conçus suivant des normes précises en matière de sécurité, de fiabilité et d’impact environnemental. Température, vibration, humidité ou degré de protection des composants et des systèmes sont étudiés. Dans le secteur de la marine et de l’offshore, la certification DNV GL fait valeur de référence.

Lire aussi : Certification DNV GL : qu’est-ce que c’est et pourquoi c’est important ?

Spécialiste de la marine, Dolphin Charger a conçu la gamme « Pro Lite » adaptée aux exigences normatives de la conception des bateaux de plaisance. Une gamme de chargeurs de batterie étanche, certifiée ISO 8846, BlueTooth, sans ventilateur et ultra-silencieuse, spécialement adaptée aux spécificités des bateaux de plaisance. Dans son bureau d’étude basée en France, Dolphin Charger a à cœur de développer des produits de qualité, reconnus pour leur fiabilité et certifiés DNVGL, pour accompagner les professionnels. Découvrez nos chargeurs de batterie « Pro Lite » !

Autres actualités

Voir toutes les actualités
15 oct. 2021

OEM : les avantages de travailler avec une fabless company

L’un des grands défis des fabricants d’équipements d’origine (OEM) consiste à rester compétitifs tout en proposant des produits de qualité à leurs clients. Pour cela, ils ont besoin de partenaires fiables, capables de les accompagner dans la fabrication de leurs systèmes et composants. Nécessité de baisser le coût d’un produit, recherche d’une alternative pour résoudre des tensions d’approvisionnement, entrée en vigueur d’une nouvelle norme nécessitant de développer un nouveau produit…
27 sept. 2021

CAN bus, NMEA 2000 : comment faire communiquer l'électronique à bord du bateau ?

Dans le secteur de l'électronique marine, impossible de passer à côté des acronymes NMEA et CAN bus. Mais quel protocole et quel système se cachent derrière ces lettres ? De quoi s’agit-il exactement ?

Hello.

This is our French website.
For English, simply click here: www.dolphin-charger.fr

Pour continuer votre visite en français, cliquez ici